Trump on China market economy status

Reply to topic

View previous topic View next topic Go down

Trump on China market economy status

Post by Admin on Mon Jan 09, 2017 4:03 am

Trump on China market economy status

by Don Hank

Donald Trump has made some angry statements about the Chinese manipulation of its export market. First of all, does he have a valid point and secondly, what is he likely to do about this if he does?
In the early 1970s President Richard Nixon eliminated the gold standard in US finance. This was a threat to the US dollar. To compensate for this risk, Nixon did two things:  
1) He made a petrodollar agreement with the Saudis whereby the US would defend the Saudi royal family in return for the Saudis’ using US sovereign bonds as their reserve currency. Bloomberg just recently broke details of this agreement but reported that the Saudis wanted it to remain secret and that more details could still be unknown.  This policy helped prop up the value of the USD.
2) At the same time, he promoted better relations with China, with which there were no diplomatic relations. The establishment of diplomatic relations would open the door for US-China trade, allowing Americans to purchase goods at a lower price, effectively offsetting the lower value of the dollar caused by the loss of the gold standard.
The subsequent choice of China by Congress as a trading partner was in part strategic, intended to punish Russia for its invasion of Afghanistan.  This was the first time that the US government used China as a weapon against Russia, the country that the US government most feared.
The opening of trade with China was confusing to many Americans, who wondered why one communist country could be allowed to trade with the US while another could not.
Most naively believed the US when it said the proposal was only about trade.  
Temporary most favored nation status for China was finally passed in 1980 during the Carter administration, based in part on the argument that this would give the US a major advantage by allowing the Chinese to buy from the. Despite this propaganda, an enormous trade deficit arose with China and it only grows bigger every year.
Incredibly, this old Russia-China double standard has survived for over 60 years, well into the 21st Century, where the US has slapped sanctions on Russia while rewarding China with virtually free trade conditions, even though both countries are seen as a military threat and the favored one is communist while the disadvantaged one is not.  Clearly, the idea of creating a divide between China and Russia, at Russia’s expense, is part of Western foreign policy and it has failed colossally so far, just like most policies that are sold to the public for one ostensible purpose but are based on another -- ulterior -- motive.
Today, there is less justification for such a pro-China, anti-Russia policy than ever because -- largely as a result of this meddling -- Russia and China have become stronger economic and military partners that together are now seen in the West as a joint threat to US hegemony.
Now for the first time in 60 years, a US president is challenging this old time worn policy of favoring China and making Russia a scapegoat for all Western ills. President-elect Donald Trump has spoken of conciliation between the US and Russia in his campaign and now speaks increasingly harshly of China.
No one knows if this harshness will translate into policy because Trump often says things and then changes his mind or makes promises that he later realizes he cannot keep.
The bone of contention in US-China relations (and in EU-China relations) is the fact that the WTO had in 2001 declared that China was a non market economy and had issued various criteria for determining its progress in acquiring market economy status (MES), a status that would allow trade with the West with little or no tariffs or duties levied on Chinese goods.
There is currently no question that China does not have a market economy because the government still subsidizes certain goods such as steel, aluminum and ceramics, which are therefore still subject to trade duties in various Western countries.
Now in 2001, the WTO granted a limited trade status for China despite its not being a market economy, and gave China 15 years to prove itself.  
During the first 15 years, according to the WTO protocol, the standard price is taken as the internal market price in China of the good in question, or alternatively, the price observed in a similar country (“surrogate” country) for said good. The deviation indicates the degree of government influence and hence the height of the trade barrier to be applied in the West. The latter method has been used in the EU.
After these 15 years have elapsed, this alternative method may no longer be used. The deadline is upon us -- December 2016.

However, the Chinese government site xinhuanet.com interprets this part of the protocol loosely, and wrongly, as follows:
“…according to the international rule, the protocols for China’s accession to the World Trade Organization (WTO) in 2001 dictate that China will automatically switch over to market economy status when the Surrogate Country approach expires on Dec. 11, 2016.”
Going hand in hand with the granting of most favored nation status to China was President Carter’s decision to confer diplomatic relations on China, which mandated cutting off relations with Taiwan, angering the Taiwanese.
By accepting a phone call from the Taiwanese president last week, Trump showed that he may in fact be weighing reversing, or at least modifying, policies established in the Nixon and Carter administrations regarding China.
China’s reaction to both the Taiwan phone call and his remarks about Chinese chicanery was anger.
Coupled with Trump’s benevolent gestures toward Russia, this could signal a geopolitical plate shift in US foreign policy.
Trump will need to exercise extreme caution and take a crash course in diplomacy to see us through the next 4 years without a major misstep. However, if we analyze the approaches taken by Nixon and Carter, we see that they were radical upsets of the world order and each served to strongly favor some nations while sullying others. We have come to see this as the American way.
Donald J. Trump has the opportunity to restore a balance without stepping too hard on certain toes. He has already said, for example, that he opposes free trade agreements, like TPP, which are designed to snub China and Russia. After all, Trump says he believes in free trade, and free trade is free trade, not a political weapon to punish foes. Will he be wise enough to recognize this and respect everyone's interests?
Unfortunately, Trump probably has no US advisors who will sway him not to favor some nations while slighting others. Nonetheless, such a balanced approach to foreign affairs would be wise. Vladimir Putin is a master of this approach. He calls it the multipolar world.

________________________________________________
French version:

Trump et le statut d'économie de marché pour la Chine

Par Don Hank

Donald Trump a fait quelques déclarations en colère au sujet de la manipulation chinoise de son marché d'exportation. On se demande tout d'abord : Ces déclarations sont-elles valable ?  Et puis:  qu'est-ce qu'il est susceptible de faire à ce sujet?
Au début des années 1970, le président Richard Nixon a éliminé l'étalon-or des finances américaines. C'était une menace pour le dollar américain. Pour compenser ce risque, Nixon a fait deux choses:
1) Il a conclu un accord de pétrodollars avec les Saoudiens, dans le cadre duquel les forces armées américaines défendraient la famille royale saoudienne en échange du fait que les Saoudiens utiliseraient des obligations souveraines américaines comme monnaie de réserve. Bloomberg vient de révéler des détails de ce vieil accord, mais a signalé que les Saoudiens voulaient qu'il reste secret, ce qui laisse entrevoir que d’autres détails pourraient être encore inconnus. Cette politique a contribué à soutenir la valeur de l'USD.
2) En même temps, il a promu de meilleures relations avec la Chine, avec laquelle il n'y avait pas de relations diplomatiques jusqu’alors. L'établissement de relations diplomatiques ouvrirait la porte au commerce entre les États-Unis et la Chine, permettant aux Américains d'acheter des marchandises à un prix inférieur, compensant ainsi la perte de valeur du dollar causée par l’abolition de l'étalon-or.
Le choix de la Chine par le Congrès en tant que partenaire commercial en 1980 était en partie stratégique, destiné à punir la Russie pour son invasion de l'Afghanistan. C'était la première fois que le gouvernement américain utilisa la Chine comme arme contre la Russie, le pays que le gouvernement américain craignait le plus.
L'ouverture des échanges avec la Chine était source de confusion pour beaucoup d'Américains, qui se demandaient pourquoi un pays communiste pourrait être autorisé à commercer avec les Etats-Unis alors qu'un autre ne l’était pas.
La plupart des américains croyait naïvement que le motif était purement commercial.
Le statut provisoire de nation la plus favorisée pour la Chine a été finalement adopté en 1980 au cours de l'administration Carter, en partie en raison de l'argument – qui s'est avéré être faux – selon lequel cette mesure donnerait aux États-Unis un avantage commercial en permettant aux Chinois d’acheter des marchandises américaines.
Invraisemblablement, cette double norme russo-chinoise a survécu pendant plus de 60 ans, jusqu’au présent, moment où les États-Unis ont imposé des sanctions à la Russie tout en récompensant la Chine avec pratiquement conditions de libre-échange, bien que ces deux pays sont perçus tous les deux comme représentant une menace militaire commune. De plus, le favorisé est communiste tandis que le défavorisé ne l'est pas. Ce qui laisse entrevoir que la politique des États-Unis de s'opposer à la Russie n'a jamais été fondée sur le communisme, mais plutôt sur une crainte et une haine russophobe innée. Rien de moins qu’un racisme irrationel. L'intention de créer un fossé entre la Chine et la Russie, aux frais de la Russie,  a failli colossalement jusqu'à présent, tout comme la plupart des politiques qui sont ostensiblement basées sur un but raisonnable mais qui cachent une arrière-pensée.
Aujourd'hui, cette politique pro-Chine et anti-Russie est moins justifiée que jamais – en grande partie à cause des sinistres intrigues occidentales détestées à juste titre par ces deux pays – la Russie et la Chine étant devenus des partenaires économiques et militaires plus forts que jamais qui, ensemble, sont maintenant vus en Occident comme une menace commune à l'hégémonie américaine.
Pour la première fois en 60 ans, un président américain conteste cette vieille politique de favoriser la Chine et de faire de la Russie un bouc émissaire pour tous les maux occidentaux. Le président élu Donald Trump a parlé de la conciliation entre les États-Unis et la Russie dans sa campagne et parle maintenant de plus en plus durement au sujet de la Chine.
Personne ne sait si cette dureté se traduira en politique, car Trump dit souvent des choses, puis change d'avis ou fait des promesses qu'il ne peut pas tenir.
L'OMC a déclaré en 2001 que la Chine n'était pas une économie de marché et a publié divers critères pour déterminer ses progrès dans l'acquisition du statut d'économie de marché (SEM).
Il ne fait aucun doute que la Chine n'a pas d'économie de marché parce que le gouvernement subventionne toujours certains biens tels que l'acier, l'aluminium et la céramique, qui sont donc soumis à des droits d’importation dans divers pays occidentaux.
En 2001, l'OMC a accordé un statut commercial limité à la Chine, bien qu'elle n’a pas d’économie de marché, et a donné à la Chine 15 ans pour remédier à cette situation.  
Au cours des 15 premières années, selon le protocole de l'OMC, le prix normal est considéré comme le prix du marché intérieur en Chine du bien en question, ou bien le prix observé dans un pays similaire («pays analogue») pour ledit bien. L'écart indique le degré d'influence du gouvernement et donc la hauteur de l'obstacle commercial à appliquer en Occident. Cette dernière méthode a été utilisée, par exemple, dans l'UE.
Une fois ce temps écoulé, cette méthode alternative ne peut plus être utilisée. La date limite  – Décembre 2016 – s’approche vite.
Toutefois, le site du gouvernement chinois xinhuanet.com interprète cette partie du protocole de façon lâche, et à tort, comme suit:
«... selon la règle internationale, les protocoles pour l'adhésion de la Chine à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001 dictent que la Chine passera automatiquement au statut d'économie de marché lorsque la méthode par pays analogue expirera le 11 décembre 2016».
La décision du président Carter de conférer des relations diplomatiques à la Chine, qui a imposé de couper les relations avec Taïwan, mettant en colère les Taiwanais, va de pair avec l'octroi du statut de nation la plus favorisée à la Chine.
En acceptant un appel téléphonique du président taiwanais la semaine dernière, Trump a montré qu'il pourrait en fait envisager une inversion ou du moins une modification, des politiques mises en œuvre par les administrations Nixon et Carter vis-à-vis la Chine.
La réaction de la Chine tant à l'appel téléphonique avec Taiwan qu’aux remarques de Trump sur la chicanerie chinoise a été furieuse.
Couplé aux gestes bienveillants de Trump envers la Russie, cela pourrait signifier un changement de plaque tectonique dans la politique étrangère américaine.
Trump devra faire preuve d'une extrême prudence et doit suivre un cours intensif en diplomatie ou bien nous pourrons assister à des erreurs épatantes pendant les 4 prochaines années. Cependant, si nous analysons les démarches adoptés par Nixon et Carter, nous voyons qu'elles aussi représentaient des bouleversements radicaux de l'ordre mondial et chacune a servi à favoriser fortement certaines nations tout en souillant d'autres. Nous nous sommes habitués à voir cette distortion des choses comme le modèle américain.
Donald J. Trump a l'occasion de rétablir un équilibre sans trop froisser certaines susceptibilités. Il a déjà dit, par exemple, qu'il s'oppose à des accords de libre-échange, comme le TPP (qui visent à exclure la Chine et la Russie). Après tout, Trump dit qu'il croit au libre-échange, et le libre-échange n’est pas une arme politique pour punir les ennemis. Sera-t-il assez sage pour reconnaître cela et respecter les intérêts de tous?
Malheureusement, Trump n'a probablement pas de conseillers américains qui l'incitent à ne pas favoriser certaines nations tout en dénigrant les autres. Néanmoins, une telle démarche équilibrée et délicate dans les affaires étrangères serait judicieuse pour une superpuissance comme les Etats Unis. Vladimir Poutine est un maître de cette démarche. Il l'appelle le monde multipolaire.
avatar
Admin
Admin

Posts : 8
Join date : 2016-11-18

View user profile http://www.raga.org

Back to top Go down

Re: Trump on China market economy status

Post by Sammyrasp on Mon Jan 16, 2017 7:07 pm

"Let me issue and control a nation’s money and I care not who writes the laws."


By the same measures that are used to claim that China does not have a market economy, I do not see how it can be claimed that US has a market economy. We have subsidized farmers with government grants and even mandated that farmers burn/destroy crops to lower the supply, thus lowering prices. We also provided bailouts in 2008 facilitated by our Federal government for publicly held corporations (General Motors, AIG), but the funds provided through entities that are only perceived as being institutions of the Federal government. Chief amongst these institutions is the Federal Reserve.

I consider China's way of directly accepting funds from their national government to prop up their economy much more honest and transparent than the "shell game" we use in the US, where even the names of the facilitators ("The Federal Reserve") are purposely deceptive and fed through a labyrinth of financial institutions and maybe to some extent through government sanctioned money launderers.
avatar
Sammyrasp

Posts : 3
Join date : 2017-01-16

View user profile

Back to top Go down

View previous topic View next topic Back to top

- Similar topics

 
Permissions in this forum:
You can reply to topics in this forum